#NIFFF2021 Critique : OK! Madam de Lee Cheol-ha

#NIFFF2021 Critique : OK! Madam de Lee Cheol-haOK Madam 1 1 770x513[object object]
© SANAI Pictures
Dernière mise à jour:

Dans sa sélection New cinema from Asia, le Festival international du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s’intéresse cette année à quelques cinéastes qui n’ont pas encore la popularité de quelques uns de leurs collègues dans nos contrées. Dans la sélection, on y trouve Lee Cheol-ha et son OK! Madam, une comédie d’action à haute altitude où Uhm Jung-hwa fait son retour après plusieurs années d’absence au grand écran.

Synopsis :
« Une famille gagne des vacances à Hawaï. Pas de bol: l’avion est détourné par des terroristes. Pour sauver les siens, la mère va devoir révéler son passé de combattante. » (NIFFF)

L’histoire de OK! Madam est assez classique : une double identité, un avion détourné et une famille en péril, autant d’ingrédients pour un huis-clos dans les airs qui ne cache pas ses inspirations. Sorte de Speed aux influences de Mr and Mrs Smith, le film de Lee Cheol-ha ne boude pas ses aînés et s’appuie dessus pour proposer sa propre interprétation de l’action, en y ajoutant une bonne dose de comédie histoire de désamorcer l’aspect dramatique pour proposer un moment familial et bardé de bons sentiments. Un très bon point, d’autant plus que le cinéaste s’en sort à merveilles dans un film qui multiplie les situations cocasses avec un ton souvent léger, malgré quelques scènes plus sérieuses où les origines et les intentions des uns et des autres se révèlent comme dans un improbable whodunit.

Et le film doit beaucoup à Uhm Jung-hwa, dont le retour au cinéma est une belle réussite tant elle incarne avec talent cette mère de famille qui se révèle vite être une combattante hors pair. On trouve aussi à ses côtés Park Sung-woong, plus habitué à des rôles « charismatiques » ces derniers temps, mais qui joue là une partition pleine d’auto-dérision qui lui fait beaucoup de bien. De manière plus générale, le film excelle dans son mélange des genres, avec un humour bien senti qui n’entache en rien les scènes d’action. S’il n’offre pas grand chose d’original avec le contexte de l’avion que l’on a vu des dizaines de fois au cinéma, OK! Madam a le mérite de réussir à peu près tout ce qu’il entreprend.

#NIFFF2021 Critique : OK! Madam de Lee Cheol-haOK Madam 2[object object]
© SANAI Pictures

La réussite tient aussi à ses scènes d’action qui utilisent astucieusement tout l’espace offert par l’avion, de la soute à la cabine, avec des combats violents malgré la dérision du film. Et ça fonctionne d’autant mieux que les personnages secondaires amènent des ressorts comiques sympathiques, à l’image de l’un d’eux qui se contente de dormir tout au long de l’action, pendant que l’héroïne s’affaire à dézinguer tous les pirates de l’air. On pense aussi à l’équipage de l’avion, comme ce steward qui se rêve en espion qui apporte beaucoup d’humour à un film qui s’attache à ne jamais tomber dans le drame -même quand les choses tournent sérieusement mal.

Sorte de grand film d’action familial, OK! Madam est une jolie réussite pour Lee Cheol-ha qui semble avoir trouvé sa voie après avoir beaucoup expérimenté. Le retour de Uhm Jung-hwa sur le grand écran est évidemment un plaisir, même si le film s’appuie sur quelques facilités qui lui permettent de dérouler son histoire entre bienveillance et rebondissements improbables. Sans être le film le plus intéressant du NIFFF cette année, n’hésitez pas à profiter de sa projection si vous avez la possibilité d’aller le voir.

4