Les Etendues imaginaires, Léopard d’Or du Festival de Locarno, au cinéma le 6 mars

Les Etendues imaginaires, Léopard d’Or du Festival de Locarno, au cinéma le 6 mars18 01 Land Imagined 06 0292 770x513les etendues imaginaires, léopard d'or du festival de locarno, au cinéma le 6 mars
Les Etendues imaginaires, Léopard d’Or du Festival de Locarno, au cinéma le 6 marsaffiche bd 1 500x666les etendues imaginaires, léopard d'or du festival de locarno, au cinéma le 6 mars
Date de sortie
06/03/2019
Réalisation
Yeo Siew Hua
Pays
Singapour

Léopard d’Or du dernier Festival de Locarno, le film du réalisateur Singapourien Yeo Siew Hua, Les Etendues imaginaires sera à l’affiche des cinéma français à partir du 6 mars 2019.

Synopsis : A Singapour, dans un chantier d’aménagement du littoral, l’inspecteur de police Lok enquête sur la disparition de Wang, un travailleur immigré chinois. Après des jours de recherches, toutes les pistes amènent Lok dans un cybercafé nocturne, tenu par Mindy, une fascinante jeune femme, que Wang fréquentait pour lutter contre ses insomnies et sa solitude. Lok découvre que Wang s’était lié d’une amitié virtuelle avec un mystérieux gamer…

Au niveau du casting, le réalisateur Siew Hua Yeo a eu recours à un casting international : l’acteur singapourien Peter Yu, le Chinois Liu Xiaoye, le Malaisien Jack Tan, la Chinoise Luna Kwok et le Bangladais Ishtiaque Zico.

« Dans ma volonté de créer une histoire sur les migrants, il était important de mélanger les nationalités. Nous avons passé beaucoup de temps à trouver les bons acteurs et je suis heureux de la merveilleuse alchimie qui existe entre eux, de cette diversité qui a enrichi le projet. Il s’agit d’un mélange de cultures que je connais bien. Je ne voulais pas uniquement des acteurs étrangers, mais aussi une équipe. Mes principaux collaborateurs, incluant le producteur espagnol Fran Borgia, le directeur de la photo japonais, hidaho urata et le chef décorateur anglais, James page, ont tous contribué à enrichir l’histoire. Même s’ils vivent depuis longtemps à Singapour, ils ont apporté une sensibilité d’apatride en miroir à l’expérience migratoire représentée dans le film », raconte le cinéaste.

Le film est à découvrir dès le 3 mars au cinéma.