Comme vous le savez, vous avez rendez-vous du 24 au 31 octobre 2017 pour l’édition 2017 du FFCP (ou Festival du Film Coréen à Paris).

Au programme de l’ouverture A Taxi Driver, film aux 12 millions d’entrées en Corée du Sud et postulant pour la course aux Oscars en 2018.

Pour ce qui est du film de clôture, comme vous avez pu le lire ici, vous allez pouvoir frissonner avec The Mimic de Huh Jung.

Entre ces deux films vous pourrez profiter de plusieurs films dans la partie « Paysage ».

The King de Han Jae-rim (sortie janvier 2017)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)The King

“The King” racontera l’histoire d’un procureur ambitieux qui décide d’utiliser à son avantage un collègue et un ami membre d’un gang.

The King’s Case Note de Moon Hyun-sung (sortie avril 2017)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)The Kings Case Note p02

Le roi Yejong (Lee Sun-kyun) est intelligent. Bien qu’il soit roi, il essaie de traiter les affaires par lui-même. Son sujet Yi-Seo (Ahn Jae-hong) est responsable des archives historiques et lui pose de nombreux problèmes en multipliant les actions stupides.

Une rumeur étrange se répand alors dans Hanyang et le roi Yejong et Yi-Seo tentent de découvrir la vérité à son sujet.

Vanishing Time : A boy who returned de Um Tae-hwa (sortie en novembre 2016)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)Vanishing Time  A Boy Who Returned p2

Un garçon de 13 ans passe quinze années à attendre que le temps cesse d’être immobile et retrouve la petite fille qui était sa meilleure amie..

New Trial de Kim Tae-yun (sortie en février 2017)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)Retrial Korean Movie p2

Tiré d’une histoire vraie, le film raconte l’histoire d’un homme dont la vie est détruite quand il est accusé du meurtre d’un chauffeur de taxi qu’il n’a pas commis et doit signer des aveux forcés alors qu’il est brutalisé lors des interrogatoires policiers. Dix ans plus tard, il demande l’aide d’un avocat endetté pour nettoyer son nom.

The Artist : Reborn de Kim Kyoung-won (sortie en mars 2017)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)The Artist  Reborn P1

Giselle est une artiste qui revient en Corée du Sud après avoir étudié la peinture au Danemark pendant plusieurs années. De retour dans son pays natal, elle tente d’organiser sa première exposition mais elle essuie refus sur refus.
Puis un jour, elle fait la rencontre inattendue du directeur de galerie Jae Beom. Grâce à son aide, Giselle va enfin réussir à exposer ses tableaux mais malheureusement, son cœur s’arrête de battre.

The First Lap de Kim Daehwan (sortie en 2017)

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)3b5928de9f6244088534e5f1dd478d38

Su-Hyeon, professeur d’une école d’art privée, et Ji-young, contractuelle dans une petite entreprise de réseau, vivent ensemble depuis six ans. À sa grande surprise, Su-hyeon découvre que Ji-Young a un retard de règles; il décide d’aller retrouver sa famille. Le couple se met donc en route pour Samcheok, à l’autre bout du pays, sur la côte Est…

Itaewon de Kangyu Ga-rum

Documentaire sur le quartier séoulite itaewon, situé près de la base militaire américaine et de ses habitants, à travers le regard de trois figures féminines du lieu.

Jamsil de Lee Wan-min

Premier long métrage pour la réalisatrice, récompensée au Festival de Busan.

A quiet Dream de Zhang Lu

Chronique d’une vide de quartier bourrée d’humour et de tendresse, le film à fait l’ouverture du Festival de Busan.

Mais aussi :

  • Merry Christmas Mr.Mo de Lim Dae Hyung (sortie octobre 2016)
  • No Money, No future de Lee Dongwoo (2016)
  • The poet and the boy de Kim Yang-Hee (sortie septembre 2017)
  • The seeds of violence de Clim Tae-gue (2017)
  • State-authorized textbook de Baek Seungwoo (2017)

Dans la partie Portrait, l’édition 2017 va vous faire découvrir le réalisateur Cho Hyun-hoon à travers 3 films (un long et deux courts) :

  • Jane (2016)
  • Metamorphosis (2007)
  • The mother’s family (2013)

Enfin pour finir cette édition déjà riche, le FFCP a bien sûr une partie « classiques » avec cette fois une rétrospective consacré à l’acteur Koo Bong-seo, le Charlie Chaplin coréen.

  • The Male Beauty artist de Shim Wu-seob (1968)
  • Gentleman in his only suit de Kim Gi-pung (1968)
  • Sorry to give you trouble de im Kwon-taek (1969)
  • A man and a Gisaeng de Shim Wu-seob (1969)
  • The Man who was crushed to death by money de Shim Wu-seob (1971)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Tout le programme du Festival du Film Coréen à Paris 2017 (FFCP)