L’histoire : Au large des côtes japonaises, plusieurs navires disparaissent mystérieusement. Alertées, les autorités dépêchent une expédition scientifique qui recueille les témoignages de pêcheurs terrorisés. Tous assurent avoir vu un monstre remonté du fond des mers. Lequel s’avère être un dinosaure réveillé par des explosions atomiques.Rasant tout sur son passage, le saurien géant marche sur Tokyo obligeant les forces d’auto-défense à intervenir…

 

godzilla_original-d992c Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluraygodzilla original d992cCritique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluray

Godzilla d’Inoshiro Honda est enfin édité en bluray chez HK, avec en bonus le second film, Le retour de Godzilla.

Comment aborder Godzilla, un film dont le personnage principal (un dinosaure) est devenu un symbole de pop culture majeur, qui a eu le droit à des dizaines de films au Japon, des remakes américains, des séries d’animation, du merchandising à gogo, une étoile sur Hollywood boulevard et récemment un hôtel à son nom à Tokyo, avec sa tête trônant sur le toit de l’édifice ? Il y a un avant et après Godzilla pour l’industrie du cinéma japonais, et on peut dire que le 1er film est à part. Il lancera le genre des films de monstres avec des productions inventives mais aussi de qualités diverses. Le Godzilla original doit être traité à part, et pas forcément comme fondateur d’une série, car on peut apprécier le 1er film et ne pas adhérer aux suites, comme on peut devenir fan de tout le genre.

shingoji1954-8 Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Blurayshingoji1954 8Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluray

Abordons donc la genèse, à la base de Godzilla, il y a un film américain d’Eugène Lourié (chef opérateur et réalisateur français) The beast from 20 000 fathoms, adapté d’une nouvelle de Ray Bradbury, et dont les effets spéciaux sont assurés par le grand Ray Harryhausen (Le choc des titans, le 7e voyage de Sinbad, etc…)

L’histoire : Dans les années 1950, un test nucléaire, Operation Experiment, est conduit au-delà du cercle Arctique. Mais l’explosion réveille une créature gigantesque, endormie sous la glace depuis 100 million d’années, qui commence à se diriger vers la côte est des états unis, coulant de nombreux navires et un phare sur son passage. Lorsque le monstre arrive à Manhattan, il sème le chaos le plus total. Tirée au bazooka par les militaires du Colonel Evans, la Bête relâche un germe préhistorique virulent qui contamine la population. La seule façon d’en venir à bout est de brûler la créature pour éviter une pandémie.

En effet, le producteur de Godzilla a vu le film américain et proposa à Honda d’en faire une version japonaise, le contexte atomique aidant fortement.

L’ambition du metteur en scène japonais était à l’époque d’avertir, de rappeler les dangers des armes nucléaire, dans un Japon encore traumatisé par Hiroshima et Nagasaki, et surtout dans un monde divisé en 2 blocs où la course à l’armement n’avait aucune limite avec les dangers que cela impliquaient. En effet, Godzilla ne se veut pas comme un simple film de divertissement mais il s’agit d’un drame qui évoque donc les traumatismes du nucléaire. Outre les drames pré cités, il y eu un fait méconnu qui inspira le film, début 1954 un thonier japonais, le Daigo Fukuryu Maru, se trouve dans l’atoll Bikini qui sert de lieu d’essai pour les tests de la bombe H américaine. Le bateau japonais sera irradié lors des retombées d’une explosion, et l’un des membres d’équipage mourra seulement 7 mois plus tard.

Je vous conseille la lecture de cet article

https://fr.wikipedia.org/wiki/Daigo_Fukury%C5%AB_Maru

Le point de départ du film Godzilla quand le bateau de pêcheurs est surpris par une lumière blanche, (l’explosion de la bombe H), se révèle donc être un événement qui s’est réellement produit. Il faut voir Godzilla non pas uniquement comme un film de monstre, mais comme une œuvre cathartique à but d’ouvrir les consciences. En effet, le film peut avoir vieilli sur l’aspect technique, et apparaître désuet, mais le message « politique » qu’il donne est toujours d’actualité (suffit de voir les récents essais nucléaires de la Corée), et en ce sens, le film garde une force intact.

godzilla-1954 Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluraygodzilla 1954Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluray

Cinématographiquement, les talents conjugués de Inoshiro Honda et Eiji Tsubaraya (maître des effets spéciaux) permettent au film des séquences de dévastations tout à fait innovantes pour l’époque.

Le fait que le monstre soit incarné par un acteur en costume permet de rendre plus vivant et dynamique Godzilla, que s’il il avait réalisé en stop motion, voir la différence The beast from 20 000 fathoms. En revanche, le gain en fluidité de mouvement, on le perd en précision sculpturale du costume, qui il faut l’avouer n’est pas très seyant, la tête du monstre a heureusement évolué dans les films suivants.

Techniquement, les incrustations, les maquettes, les plans réels de mouvements de foule, forment un tout impressionnant qui se regardera encore aujourd’hui avec plaisir, sans oublier l’apothéose de Tokyo en feu. Le soin apporté aux décors et aux jeux de lumière contribue faire de Godzilla une véritable réussite technique pour l’époque qui impressionna les spectateurs. Mentionnant la musique d’Akira Fukube qui a écrit un thème reconnaissable tout de suite, aussi c’est lui qui a trouvé le rugissement du monstre.

Aussi signalons la performance de l’acteur Haruo Nakajima dans le costume du monstre, costume pesant pas moins de 90 kilos. Dans le livret de 52 pages fourni avec le Bluray, vous pourrez découvrir une interview de l’acteur qui explique être allé au zoo de Ueno à Tokyo pour s’inspirer des mouvements de certains animaux.

 

godz54emikoyamane Critique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluraygodz54emikoyamaneCritique : Godzilla de Inoshiro Honda (1954) édité chez HK/Metropolitan en Bluray

En conclusion, Godzilla comme film à grand spectacle, a forcément vieilli, mais la force du propos, le questionnement moral, et le militantisme anti-nucléaire en font une œuvre qui témoigne d’une ère, d’un moment historique, presque un « documentaire » sur une époque. Aujourd’hui, le film peut apparaître plus à destination des cinéphiles ou des curieux qui souhaiteraient découvrir la genèse du mythe, mais Godzilla, que le veuillent ou non ses détracteurs hurlant au kitsch, est surtout un classique. A découvrir ou redécouvrir dans cette superbe édition bluray chez HK.

 

 

Un classique !
Note des lecteurs0 Note0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X