Critique Kdrama : Stranger 2 (titre alternatif : Secret Forest 2)

La deuxième saison du célèbre thriller disponible sur Netflix

Critique Kdrama : Stranger 2 (titre alternatif : Secret Forest 2)StrangerS2 Vertical Main RGB US wide 1 768x432 1critique kdrama : stranger 2 (titre alternatif : secret forest 2)
Dernière mise à jour:

La deuxième saison du célèbre thriller disponible sur

En tant que fan de la première saison de ce drama (un des premiers à avoir été disponible sur le catalogue de Netflix), j’avais bien évidemment d’énormes attentes concernant cette nouvelle saison. Des attentes, mais aussi des craintes, bien sûr : allait-elle être à la hauteur de l’excellente saison 1 ?

Rappelons les faits : Shi Mok (Cho Seung Woo) est un procureur qui ne ressent plus d’émotion suite à une opération qu’il a subie dans son enfance. Dans le cadre de son enquête, il va rencontrer la policière Yeo Jin (Bae Doona) et tous deux vont faire équipe pour combattre la corruption. Si le résumé peut paraîtrse classique, le drama a traité cette histoire de façon tout à fait magistrale, à la fois grâce à une solide écriture mais aussi à ses excellents acteurs, notamment Cho Seung Woo et Bae Doona dont l’alchimie n’est plus à prouver. La saison 1 se terminait de façon satisfaisante tout en restant ouverte. Une saison 2 était donc possible. Trois ans après, on les retrouve! Et qu’est-ce que cela donne ?

Je dirais que le drama se divise en deux parties. La première fait 7 épisodes : la scénariste prend son temps pour installer son histoire, nous permettre de retrouver les anciens personnages et nous présenter les nouveaux. Par ailleurs, de nouveaux conflits entrent en jeu : désormais, les rapports de force entre procureurs et policiers sont tendus. Chaque camps souhaite plus de pouvoir pour mener les enquêtes. Cette rivalité constitue le fil rouge de cette saison et menace de mettre à mal la relation qui unit Shi Mok et Yeo Jin. Dans ce contexte, nos héros vont mettre plus de temps à se retrouver et à s’entendre. Se trouvant chacun d’un côté du conflit, quel impact cela aura-t-il sur leur relation ?
Si la situation qui nous est présentée est intéressante, et le drama nous décrit une situation réelle en Corée, le début est un peu lent à se mettre en place.

Et puis, tout à coup, un événement important survient et l’histoire décolle. On retrouve alors les ingrédients qui ont fait la qualité de la première saison, cette atmosphère de tension permanente qui pèse sur les héros, ce sentiment de ne pouvoir se fier à personne, que tous les personnages ont quelque chose à se reprocher.

L’enquête, cette saison, se révélera très laborieuse. Elle l’était aussi lors de la première mais d’une façon un peu différente : les ramifications se mettaient en place petit à petit, on allait de découvertes en découvertes, jusqu’à la grande confrontation finale.
Cette fois-ci, on a une enquête qui se met en place au début de la deuxième partie et on s’y tient. D’autres affaires sont également mêlées, mais on ne parvient pas à faire les liens avant les derniers épisodes.

Nos héros mettent du temps à déméler le vrai du faux, mais c’est aussi ce réalisme qui nous intéresse. Trop habitué aux séries policières rythmées dans lesquelles on résout les affaires très rapidement, on en oublie qu’une enquête prend en réalité du temps, que nombreux sont les obstacles surtout quand on a affaire à des personnes potentiellement corrompues.

Cho Seung Woo et Bae Doona sont toujours aussi excellents et à l’aise dans leurs personnages, ils continuent à m’épater. Cho Seung Woo joue toujours avec brio ce personnage sans émotion apparente qui représente un challenge en tant qu’acteur. Il parvient à exprimer beaucoup de choses par son regard. Quant à Bae Doona, elle assure dans ce rôle de femme forte et positive mais qui peut être sensible et vulnérable. Cette seconde saison est d’ailleurs l’occasion d’accorder plus d’importance à Yeo Jin : elle a pris du galon depuis trois ans et travaille désormais dans un bureau. Elle doit s’imposer et subit des critiques de certains collègues.

Si les rencontres entre nos deux héros sont moins fréquentes que dans la saison 1, elles s’avèrent toujours aussi mémorables.
A noter que l’on sait toujours aussi peu de choses de ces deux personnages, leur vie privée, de famille, leur passé… On a quelques très légers indices sur Shi Mok mais rien de plus. C’est ce qui fait la particularité et l’intérêt de ce drama : les acteurs suffisent à rendre leurs personnages attachants. Le reste est laissé à l’imagination du public et nous évite des histoires clichées qu’on retrouve souvent dans de nombreux dramas.

Outre nos deux leads, on retrouve le procureur Dong Jae (Lee Joon Hyuk) et Yeon Jae (Yoon Se Ah), qui est dorénavant à la tête du groupe Hanjo. Tous deux ont changé depuis la saison 1, la situation n’est plus la même. Dong Jae va-t-il tirer leçon de ses méfaits passés ? Yeon Jae, désormais indépendante, va-t-elle suivre les pas de son mari ou au contraire s’en afranchir ?

De nouvelles têtes font leur apparition : les deux principaux sont Choi Bit (Jeon Hye Jin), nouvelle cheffe de police, et Tae Ha (Choi Moo Sung), à la tête du bureau des procureurs. Dès le départ, on se rend compte que l’un et l’autre ont des choses à cacher. Ils ont tous deux beaucoup d’importance dans les vies de Shi Mok et Yeo Jin puisque ce sont leurs supérieurs directs. On a envie de mieux les connaître, de les comprendre. Yeo Jin en particulier a beaucoup de respect pour Choi Bit qu’elle va rapidement considérer comme son mentor, car elle a réussi à obtenir un poste élevé dans la hiérarchie en tant que femme.

Dans l’ensemble, la scénariste, Lee Soo Yeon, a l’art d’écrire des personnages réalistes, profonds et complexes avec une réelle histoire qui explique leurs actions, que ce soit ches les bons ou les coupables, et ce jusqu’aux personnages les plus secondaires.

Le nouveau réalisateur de cette saison, Park Hyun Suk, assure très bien la continuité, on retrouve une même qualité d’image, la réalisation est soignée. L’OST nous accompagne dans cette atmosphère intense et tendue. Je ne parviens pas à la dissocier des images, pour moi c’est un tout, qui fonctionne très bien.

Si cette nouvelle saison n’atteint peut-être pas la perfection de la première saison, elle la talonne de près. Trois ans d’attente et je n’ai pas été déçue.

Les derniers épisodes sont cette fois encore d’une grande intensité et virtuosité. Une nouvelle fois, la fin est ouverte et peut laisser espérer une nouvelle saison. Rendez-vous dans trois ans ? Peut-être! En espérant que la qualité sera encore une fois au rendez-vous.