Critique : The Wandering Earth de Frant Gwothe wandering earth image 770x514critique : the wandering earth de frant gwo

Critique : The Wandering Earth de Frant Gwo

Un film Netflix

Dernier mis à jour:
Critique : The Wandering Earth de Frant Gwothe wandering earth poster 500x700critique : the wandering earth de frant gwo
Date de sortie
30/04/2019
Réalisateur
Frant Gwo
Pays
Chine
Diffusion
Notre score
3.4

Le film chinois The Wandering Earth, sortie dans les salles chinoises le 5 février 2019, est disponible depuis le 30 avril 2019 sur Netflix. Adapté du roman éponyme de l’auteur Liu Cixin, lauréat du Locus Award et du Hugo Award et producteur du film, cette superproduction a été réalisée par Frant Gwo, auteur de Mon vieux camarade de classe (2014) et The Adventures of Li Xianji (2011)

The Wandering Earth met en scène les Terriens qui quittent notre système solaire en quête  d’une nouvelle planète pour un environnement plus accueillant. Une collision avec Jupiter menace la planète dont le destin repose désormais sur des héros inattendus.

Commençons par les points qui fâchent  car ils apparaissent dès le début. La narration enchaîne les explications sur les origines du problème et la prise de décision de quitter notre système solaire, pour ne plus s’arrêter en accumulant la mise en lumière d’obstacles et les résolutions à vitesse grand V. En l’espace de trente minutes nous sommes inondés d’informations. Il faut donc s’accrocher er surtout se concentrer (on range son smartphone).

Est-ce que trop d’actions tue l’action ? À vous de juger ! Pour ma part, il m’aura fallu visionner le film deux fois afin d’être sûr de ne pas passer à côté d’éléments essentiels. De plus, il se passe tellement de choses en peu de temps qu’arrivé à la moitié du film on a l’impression que c’est déjà la fin. Ce qui veut dire que l’on risque de trouver le temps un peu long.

Le plus gros point noir du film concerne le traitement des personnages féminins qui, certes sont présents à l’écran, mais qui ne servent pas à grand chose dans le récit. Vous les entendrez surtout pleurnicher et manifester leur désapprobation à coup de mimiques faciales. Pour le coup, on pouvait mieux faire et c’est très décevant, surtout après avoir regarder Reset (2017) avec l’actrice Yang Mi et produit par Jackie Chan.

Passons maintenant aux points forts du film. Tout d’abord les effets spéciaux sont réussi, et bien qu’étant noyé par une flopée d’informations, l’intrigue est formidable et les twists tombent à point nommé, la fin étant un poil exagéré mais cohérente au reste du film.

La mise en avant des différentes cultures et d’un esprit international, opposé à l’individualisme, donne un sentiment d’appartenance à une communauté mondiale. Cela offre différentes perspectives quant aux différentes cultures, et en plus tout cela est servi dans plusieurs langues.

Le film nous sert une philosophie qui fait plaisir et qui a rarement été évoquée : la planète est vu comme un espace vivant qui respire et non comme un bien consommable et jetable. Il s’agit là d’un très beau message, en espérant qu’il soit entendu par les spectateurs. Le scénario se focalise sur le storytelling et non sur le fan service comme pour les films Marvel. Il adopte aussi un point de vue intéressant qui tranche avec ce qu’Hollywood nous offre d’habitude, à savoir, quatre ou cinq citoyens américains qui sont appelé car ce sont les seuls qui ont les compétences requises pour mener à bien leur mission et sauver l’humanité. Ici, tout le monde fait le boulot, réussi ou échoue.

En conclusion, ce film vaut largement un Independence Day ou Armageddon si vous appréciez ce genre. Vous ne serez pas déçu.

Note des lecteurs5 Notes1.55
3.4