Critique : Chinese Zodiac - CZ12 de Jackie Chan
3.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Ha jackie Chan, l’homme capable de faire un film brillant, comme quelque chose de beaucoup plus discutable même en smoking… Il faut dire que Jackie Chan est une icône, c’est le premier nom qui vient à l’esprit quand on parle de cinéma asiatique aux néophytes.

Normal, avec une carrière qui commence en 1962, l’acteur, réalisateur, cascadeur, chanteur, producteur, chorégraphe de scènes d’action et scénariste (je crois que je n’oublie rien) ne peut pas laisser indifférent.

C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai accueilli l’annonce de Chinese Zodiac. Suite des cultissimes « Mister Dynamite » et « Opération Condor », on pouvait légitimement se demander ce qu’allait donner un film d’action comédie avec en tête d’affiche un Jackie de 58 ans…

Certains ont d’ailleurs été déçus des performances de l’acteur. Comme s’il pouvait être aussi agile qu’il y a 30 ans…Un peu de discernement aurait tout de suite répondu à cette question.

C’est donc, avec l’idée en tête de voir un Jackie un peu vieilli que j’ai commencé le visionnage du film et c’est le drame !

Je ne sais pas pour vous, mais j’avais adoré en son temps « Piège en Haute mer » avec un Steven Seagal au top de sa forme (le film date de 92). Puis j’ai vu l’acteur arriver directement en vidéo, plus vraiment au top et devant accélérer ses combats en post-prod. Du coup, on a tous en tête cette image en lisant les premières critiques de Chinese Zodiac…

On se demande bien pourquoi…Bien que n’ayant pas la flamboyance de ses jeunes années (ce qui est plus que normal), l’acteur n’est pas du tout ridicule dans son rôle, bien au contraire. Il enchaine les cascades et plans qui ont fait son succès avec une dose de micro-scènes plus ou moins drôle toujours bienvenue dans les films de Jackie Chan, une petite dose de nostalgie s’empare alors de nous avec plaisir. Si les gros moments sont distillés avec plus de parcimonies que dans les deux premiers épisodes, on retrouve bien notre Jackie. Un Jackie qui accepte son âge, il a 60 ans, il le sait, il n’abuse pas…Pourtant il donne quelques beaux moments d’anthologie, le chute libre face à un volcan ou la course couché sur une combinaison roller…bref tout ce qu’on recherche dans un film de l’acteur. Ce dernier ajoute aussi quelques combats à la chorégraphie parfaite où l’on peut voir que l’acteur n’a pas perdu de sa superbe.

L’histoire a comme dans ses derniers films un petit côté patriotique, mais avec l’avantage de ne pas être propagandiste comme cela peut l’être dans 1901…c’est déjà ça et on ne prête pas plus d’attention à ces quelques détails. Il faut dire qu’il s’agit ici de récupérer des icônes de l’Histoire chinoise et n’importe quel autre pays aurait été aussi patriotique dans son scénario que le film.

Petit bonus où comme toujours à la fin du film on peut voir les cascades ratés de Jackie Chan et on se rend compte encore plus de la performance de l’acteur.

En résumé, un bon film, quelques belles cascades, un vrai Jackie Chan, qui a tout de même 60 ans et ne les fait pas du tout !

Synopsis :

12 têtes en bronze représentant les signes du zodiaque Chinois auraient été volées en 1860 durant le sac du Palais d’été par les armées britannique et française en représailles… De nos jours, un comte Anglais fait don de la tête du « chien » à un musée chinois, pendant que Lawrence Morgan, un homme d’affaires n’agissant pas toujours de façon légale, met aux enchères les têtes du « bœuf », du « singe », du « tigre », du « cochon » et du « cheval », des hommes d’affaires Chinois et patriotiques dépensent plusieurs millions pour les acquérir. Plus le temps avance et plus ces fameuses têtes en bronze prennent de la valeur, Lawrence sent qu’il y a moyen de se faire encore plus d’argent, il décide alors d’engager JC « Le Faucon » pour retrouver les têtes du « rat », du « lapin », du « coq », de la « chèvre », du « serpent » et du « dragon »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X