Alors qu’on a l’habitude de voir de nombreuses productions locales ou étrangères passer par la case « Director »s Cut », la « Gouvernement’s Cut » vient une fois de plus de faire une victime : James Bond.

Comme on en parlait le 17 janvier sur Twitter (message qui a été depuis diffusé sur Melty), James bond n’a pas seulement été décalé de plusieurs mois pour accommodé les productions chinoises, celui-ci va enfin pouvoir être vu par le public chinois…dans une version où la prostitution n’existe pas et où on ne tue pas de chinois…

Javier Barden, le méchant de l’histoire, qui fait référence à la torture par la Chine ? Exit ! La prostitution de la james bond girl Bérénice Marlohe ? Exit !

Ce n’est pas la première fois que le public chinois n’a pas droit à la version originale d’un film pour les mêmes raisons. On se souvient que MIB 3 et la scène du restaurant chinois avait eu lui aussi droit aux foudres des autorités chinoises…

Par contre, on peut aussi s’interroger sur les futurs co-productions chinoise…maintenant que le pays est le deuxième marché du film, les co-productions devraient être encore plus nombreuses : Iron Man 3, Looper…nombreux sont les films qui vont chercher le financement en Chine et surtout le passage facilité par ce « label » aux salles obscures chinoise. Va t-il y avoir à chaque fois deux versions ? Une chinoise et une internationale ?

Au final ce qui est partout sur le web n’est pourtant pas nouveau chez nous. Combien de fois une version internationale d’un film asiatique a t-elle vue le jour ? Un nombre incalculable.

Alors, où est le problème ? Au final, ce sont les raisons de ce montage qui posent problèmes : la censure, mais ça ce n’est pas nouveau avec un film débarquant en Chine et pas seulement pour les productions étrangères, de nombreux films locaux doivent souvent tourner de nouvelles scènes ou refaire le montage pour être plus politiquement correct.

Source image

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X