Kara Wai Ying-hung est une actrice de légende dans le domaine des arts martiaux. Elle fait partie des premières femmes à avoir joué dans des films de kung-fu, débutant à l’âge de 16 ans dans le film Challenge of the Masters de Lau Kar-leung. Sa carrière fut récompensée en 1982 par le prix de la meilleure actrice aux premiers Hong-Kong Film Awards pour son rôle dans My Young Auntie.

Avec le déclin de la Shaw Brothers et des films d’arts martiaux à la fin des années 1990 – au début des années 2000, elle dut se remettre en question et traversa une phase difficile. C’est finalement en 2006 qu’Ann Hui lui remit le pied à l’étrier en lui proposant un rôle dramatique dans son nouveau film, Visible Secret. Désormais actrice dramatique, elle enchaine alors les projets et récolte une nouvelle récompense aux Hong-Kong Film Awards en 2010 pour son rôle dans At the End of Breakday.

C’est une actrice de nouveau épanouie dans sa carrière relancée qui a accepté de nous parler dans le cadre du festival Paris Cinéma où le cinéma hongkongais est à l’honneur et au sein duquel elle a présenté l’un de ses films – Martial Club – le mercredi 4 juillet à 19h.

Cine-Asie.fr : Le succès de Tigre et Dragon en 2000 a-t-il eu un impact sur la carrière des acteurs d’arts martiaux dans les années 2000 ? Est-ce que vous avez eu des propositions de studios Hollywoodiens pour des rôles ?

Kara Wai : J’ai effectivement été approchée par plusieurs studios, notamment par Keanu Reeves pour le film Matrix. Mais le rôle était mineur, celui de Seraph, qui était purement pour de l’action sans réelle profondeur de jeu. Je me sentais déjà plus très en forme et plus assez jeune pour ce genre de rôle acrobatique, j’ai donc passé mon tour. De la même manière d’autres studios m’ont contacté pour des rôles d’actions mineurs, ce qui ne m’intéressait pas.

CA : Suite à votre rôle sur Visible Secret et surtout votre récompense sur At the End of Breakday, avez-vous reçu plus de propositions pour des rôles dramatiques ?

KW : Oui, le rôle que Ann Hui m’avait donné dans Visible Secret m’a permis de montrer mon talent dramatique et de me reconvertir, ce que j’essayais de faire depuis plusieurs années. Ensuite, le rôle d’une mère folle que Ho Yuhang m’a donné dans At the End of Breakday est venu comme une apothéose révélant mes qualités d’actrice dramatique dans toutes leur spendeur. D’ailleurs, très rapidement après Visible Secret, un autre projet s’est débloqué : Night Corridor. Depuis, je n’ai joué que des rôles dramatiques (excepté dans Wu Xia de Peter Chan), et même dans le projet très récent, Rigor Mortis de Juno Mak.

CA : Pensez-vous que les effets spéciaux et les nouvelles capacités de post-production ont fait disparaitre les acteurs d’arts martiaux de talent et qu’aujourd’hui ils se font plus rares ?

KW : En fait, les effets spéciaux sont un apport considérable. En tant que comédienne c’est très appréciable : désormais, plus besoin de se blesser et de souffrir sur le tournage pour pouvoir retranscrire le réalisme des scènes d’action. Aussi, le montage facile grandement notre travail : avant, il fallait faire des prises longues et sans erreurs, cela devenait épuisant. D’un point de vue production, cela réduit sérieusement le coût et on gagne un temps conséquent, permettant de s’investir sur d’autres projets. De toute façon, la génération actuelle de stars est très versatile et mène plusieurs carrières en même temps. Il n’y a qu’à prendre l’exemple de Gillian Chung, actrice et chanteuse, que je trouve très jolie. Elle doit autant s’investir dans carrière de chanteuse que celle d’actrice à la télévision ou dans des films.

CA : Hong-Kong fait désormais partie de la Chine depuis 1997 et l’industrie audiovisuelle hongkongaise a beaucoup mûri depuis vos débuts en 1976. D’où viennent la majorité de vos projets et comment ressentez-vous la compétition pour les acteurs chinois ?

KW : En fait, je passe 90% de mon temps en Chine continentale, et presque quasiment plus à Hong-Kong*. Cette année par exemple mon seul projet hongkongais est Rigor Mortis de Juno Mak que vous avez mentionné. Je n’ai pas vraiment de difficulté à trouver des rôles actuellement, non seulement parce que sur ma tranche d’âge il y a relativemment peu de concurrence et donc quand un réalisateur a un rôle qui me correspond il pense tout de suite à moi, mais aussi parce que travaille sur de nombreux projets à la télévision qui me permettent de construire une image que le public reconnait et apprécie et qu’il est ensuite assez aisé d’associer à un rôle dans un film.

CA : Si vous deviez vous identifier à une actrice du monde occidental, laquelle choisiriez-vous ?

KW : Beaucoup disent que je ressemble à Meryl Streep, donc je pense que ce serait en quelque sorte mon équivalent.

CA : Que pensez-vous de la carrière de Gong Li, qui est à peu près dans votre tranche d’âge, et qui elle a fait toute son début de carrière en Chine continentale ?

KW : Je n’aime pas beaucoup les comparaisons. Gong Li a eu la chance d’avoir joué des rôles très profonds. Toute actrice rêverait d’avoir les rôles qu’elle a eu. Je l’admire beaucoup. C’est d’ailleurs par elle que j’ai découvert le cinéma de Chine populaire.

CA : Si l’occasion vous en était donnée, travailleriez-vous avec des réalisateurs et acteurs français ?

KW : Oui bien sûr ! J’aimerais beaucoup travailler avec Luc Besson, mais aussi jouer aux côtés d’acteurs tels que Jean Reno, Gérard Depardieu et Vincent Cassel… (A bon entendeur !)

*Kara Wai parle cantonais et mandarin couramment

Entretien réalisé le mercredi 4 juillet 2012 dans le cadre du Festival Paris Cinema 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X