Critique : Voyage vers Agartha de Makoto Shinkai
3.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Disponible en DVD et Blu-Ray à partir du 4 juillet 2012, la sortie du voyage d’Agartha est l’occasion de voir ce que donne la dernière production de Makoto Shinkai.

Critique : Voyage vers Agartha de Makoto ShinkaiAGARTHA POSTER A4 ANNECYVoyage vers Agartha

Synopsis :

Un jour, alors qu’elle écoute l’émetteur radio que lui a légué son père, Asuna entend une mystérieuse chanson. Marquée par ce chant qui semble être l’incarnation même de l’âme de son interprète, Asuna ne parvient pas à l’oublier.

En route pour son refuge dans les collines, elle est attaquée par une bête étrange et sauvée par Shun, un jeune homme sorti de nulle part. Il dit venir d’une contrée lointaine nommée Agartha et être venu à la surface voir quelque chose et parce qu’il voulait rencontrer quelqu’un.

Les deux jeunes gens commencent à se confier l’un à l’autre, mais Shun disparaît soudainement…

Si certain réalisateur de films appliquent un certain esthétisme à leur film c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’anime. Véritable question de goût on peut ne pas aimer un manga, un anime, juste pour des questions graphiques (je n’ai jamais supporté 95% des shojo). Ici aucun problème de ce coté, graphiquement il n’y a pas grand-chose à dire, propre, réaliste, l’univers de Makoto Shinkai est toujours aussi appréciable, on est tout de suite plongé dans l’histoire et dans l’univers d’Agartha et de ses créatures fantastiques.

Bien que Makoto Shinkai arrive parfaitement à nous plonger dans le film, j’ai eu en revanche beaucoup plus de mal avec l’histoire même. Si le thème est plutôt simple, ainsi que les motivations des personnages, l’œuvre se perd un peu dans les méandre de la narration où il est parfois compliqué de s’y retrouvé et où on se met à devoir réfléchir avec les personnages au sens de la vie, de la mort, de la vie après la mort, des mondes mystérieux, la nature de l’Homme (avec un grand H)…

Une belle œuvre donc mais parfois un peu trop complexe et qui voulant aborder tous les sujets (bien qu’obligatoire vu l’histoire) se perd en chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X