Du 8 au 19 novembre 2011 se déroule la quinzième édition du « Toronto Reel Asian Film Festival », festival dédié aux cinémas d’Asie de l’Est et du Sud le plus long et important du Canada. A l’occasion de cet anniversaire, nous présenterons au cours de la semaine à venir une couverture des événements principaux et des interviews avec les réalisateurs phares présents.

Le festival, qui a vu passé certains des plus grands réalisateurs asiatiques (Apichatpong Weerasethakul en 2002 pour la Thaïlande ou encore Stephen Chow, Tsui Hark et Johnnie To en 2003 pour Hong-Kong), s’étend cette année en termes de programmation (55 films venus de toute l’Asie) et de présence géographique (au-delà de Toronto, à Richmond Hills).

En plus des galas et d’une présentation centrale, le festival mettra en avant un certain nombre de films récompensés en festivals majeurs, une programmation canadienne, des expositions dédiées au sein de galeries d’arts, une compétition de pitching et un certain nombre de conférences avec la participation de professionnels du cinéma et des médias asiatiques.

 

En ouverture du festival sera présenté le film Lover’s Discourse de Derek Tsang et Jimmy Wan,  produit par Ho-Cheung Pang, et avec un cast plutôt impressionnant comprenant Eason Chan, et deux pop stars canadiennes d’origine hong-kongaise, Eddie Peng (rôle principal dans Jump Ashin !) et Karena Lam.

Sorti le 13 janvier 2011 à Hong-Kong, ce drame romantique met en perspective six histoires qui s’entremêlent, chacune présentant une révolte du cœur contre une relation existante, et les efforts de chacun des individus blessés par la flèche de cupidon pour aller à l’encontre des conventions qui les lient. Un mari qui trompe sa femme, elle-même fantasme de l’ami de son fils, lui-même source d’émotions pour la jeune fille qui lave son linge, d’une part, et deux amis de longue date – déjà en couple chacun de leur côté – qui retombent amoureux, trompant leurs compagnons respectifs, qui eux-mêmes vont succomber au stupre dans leur recherche de la vérité, d’autre part, ce film ne cesse de croiser les destins d’individus trompés par la loi du cœur. Ce cœur, qui est source d’un amour, que l’introduction du film présente comme une drogue, dont les hommes ne peuvent se passer, et dont ils cherchent à raviver la flamme par de nouvelles rencontres, lorsqu’une relation existante tend à perdre de son éclat.

Les originalités scénaristiques (explications biologiques initiales qui rappellent le Wu Xia de Peter Ho-Sun Chan) et esthétiques (pop art style) apportent un charme certain à ce film qui constitue une ouverture agréable pour le festival.

Plus de détails sur la programmation et les événements du festival pour cette années sont disponibles à l’url suivant : http://www.reelasian.com/index.php/2011-festival/full-festival-schedule.

source photo : catchstargirl.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X