Après la fabuleuse trilogie de Park Chan-wook, la vengence dans le cinéma coréen vient de se trouver un nouveau porte-parole avec le film J’ai rencontré le diable.

L’histoire : un agent des services secrets traque le serial killer qui a exécuté sa femme.

La dernière réalisation de Kim Jee-woon s’éloigne de la frime et du côté poseur de sa première œuvre A bittersweet life. Le cinéaste a toujours cherché à produire des exercices de style, que ce soit avec Deux sœurs ou plus récemment avec Le bon, la brute et le cinglé. Non pas que ces films soient mauvais, loin de là, mais les œuvres du cinéaste faisaient figure de cinéma intermédiaire. On se doutait bien que Jee-woon avait les capacités de jeter un vrai classique sur pellicule. Avec J’ai rencontré le diable, la chose et faite.

Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon250px I Saw The Devil p31 Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon

Apaisé dans sa réalisation et allant droit à l’essentiel, le film est un uppercut cinématographique. Avec une mise en scène qui rappelle parfois le Zodiac de David Fincher, la sobriété rigoureuse de Jee-woon décuple l’impact que le film peut avoir sur le spectateur lors des scènes gores. Naviguant entre le « torture porn » et la tragédie, J’ai rencontré le diable ferait presque passer Seven pour un film gentiment malsain. Magnifiquement éclairé par Lee Mogae, le film est un concentré d’horreur rarement vu au cinéma.

Le cinéaste crée un climat oppressant et insuffle une telle noirceur à son métrage que les nerfs du spectateur sont soumis à rude épreuve. J’ai rencontré le diable est un film jusqu’au boutiste et sans espoir. Ici, pas d’esbrouffe, la virtuosité du réalisateur est novatrice. Le meurtre du taxi et de son passager restera dans les anales du 7ème art. Une merveille d’inventivité qui laisse bouche bée. Désormais, il y a un nouveau patron dans la catégorie des films « trash » et Jee-woon se permet le luxe de ridiculiser des gens comme Eli Roth ainsi que toute la clique des concepteurs des Saw.

Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon800px I Saw The Devil 01 Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon

Certains seront perplexe devant ce film car il n’y a aucune profondeur psychologique. J’ai rencontré le diable est un film popcorn, un divertissement certes bien crade, où seule l’efficacité prime. Un slasher hardcore réalisé avec maestria. La presse pense souvent que le cinéma asiatique et plus particulièrement le cinéma sud-coréen est toujours un tant soi peu  « intellectuel ». Chaque réalisateur coréen n’est pas obligé de réaliser Ivre de femmes et de peinture. J’ai rencontré le diable c’est du brutal, du basique, transcendé par une mise en scène au cordeau et une brillante interprétation.

Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon250px I Saw The Devil p4 Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon

Choi Min-sik que l’on a adoré dans Old Boy campe ici le personnage du serial killer. Une prestation complètement schizophrène qui fout vraiment les jetons. Sik bouffe tellement l’écran qu’il laisse peu de place à Lee Byung Hun, l’acteur fétiche de Kim Jee-woon. Aussi charismatique que peut être Hun, il se fait voler toutes ses scènes par l’ogre cinématographique qu’est Choi Min-sik.

J’ai rencontré le diable remet les pendules à l’heure et prouve une nouvelle fois que la Corée du sud est un vivier de talent où des cinéastes sans concession mettent toutes leurs « tripes » dans le 7ème art. Respect.

Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon72408 P23 181917 Critique: J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon
J'ai rencontré le diable - I Saw The Devil de Kim Jee-Woon
Synopsis
Un agent secret recherche le serial killer qui a tué sa fiancée...
Note des lecteurs0 Note0

6 Réponses

  1. Lady Lae

    Ahhh voilà une critique qu’elle fait plaisir ^^
    J’ai adoré ce film mais étant une vraie fan de Kim Jee Woon et LBH forcément il y avait fort à parier que le résultat me plairait…..

    Répondre
  2. _rem

    bof, visuellement, c’est inintéressant.
    les personnages sont mal écrits. C’est juste que techniquement il y a des moyens: le piqué de l’image est dans les standards des grosses prod coréennes et certaines transitions usent de la steady.

    autrement c’est plan plan

    Répondre
      • _rem

        Depuis quand le visuel ie la mise en scène, le storyboard et/ou le montage ont avoir avec le budget?

        :nothing to do here:

      • arekusandoro

        je regarde les commentaires sur mon iphone et du coup…je n’avais pas vu que tu parlais de ce film…

        Je pensais que tu parlais d’un autre film…

        bref bref, on oublie mon commentaire 😉

  3. Sbstn Nds

    Je regarde souvent les commentaires pour choisir un film à regarder : grâce à vous deux et vos avis divergents, je vais sûrement regarder ce dernier. Je reviendrais éditer ce commentaire avec on avis ! ^^

    See you soon !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X