Vous aimez notre nouveau site, pour nous aider c'est ICI via tipeee & à partir de 1€ seulement (sans abonnement ou engagement)

Critique : Just Only Love de Rikiya Imaizumi

TIFF 2018

Last updated:
Just Only Love
Réalisation
Rikiya Imaizumi
Date de sortie
Eté 2019
Pays
Japon
Our Score
2

Just Only Love de Rikiya Imaizumi nouveau film en compétition officielle pour ce 31ème Tokyo International Film Festival, nous conte une histoire contemporaine basée comme son titre l’indique sur les relations amoureuses de jeunes adultes japonais paumés entre ce passage de l’adolescence à celui de l’âge adulte.

Le réalisateur connu pour ses projets cinématographiques sur l’amour et les problèmes existentielles entre jeunes tels Same Old, Same Old présenté il y a 2 ans au TIFF dans la catégorie ‘’Japan Splash’’nous revient avec un style artistique sur lequel on se demande encore où le réalisateur essaye de nous emmener.

Malgré la tentative pour créer une once de trame scénaristique, le spectateur est pris au piège durant les 2 heures de ce pseudo –drama intellectuel dont son auteur en est probablement la première victime. Ne sachant pas lui-même comment se détacher de sa culture japonaise difficilement accessible pour un occidental, il paraît très compliqué d’aborder la question de l’amour, de la passion, des rencontres et de la vie au 21ème siécle, quand ce film orienté vers une certaine catégorie de jeunes (hypster, artistes aux codes mondialisés) consommateurs de iphone et de café starbucks joue le prisme du détachement amoureux cynique glorifié dans notre temps par des applications de rencontres.

Just Only Love raconte l’histoire d’amour entre Teruko (Yukino Kishii) et Mamoru (Ryo Narita). L’héroïne indépendante est malgré tout confronté à un paradoxe dont la pression de la société nippone la pousse à la soumission. Souhaitant avant tout être la petite amie parfaite dans le but de se marier et d’entrer dans la norme de cette société, elle fera face à la désinvolture de Mamoru et de son cynisme preuve d’une crise profonde au pays du soleil levant face au désamour pour la vie en couple. Face à l’habitude d’une vie de célibataire (Tokyo est l’une des villes au monde avec le plus de célibataire) no jeunes de 20 ans ou plus s’interrogent beaucoup….Un peu trop même, à tel point que l’on se demande si on voit un film d’adulte ou juste un drama pour adolescent, en quête de l’excitation du premier amour.

En ce qui concerne les expériences romantiques de Yukino Kishii, l’actrice a admis qu’elle n’était pas très différente de son personnage. « Je suis similaire en ce sens que je deviens idiote quand j’aime vraiment quelqu’un. » Déclare-t-elle.

Effectivement, ce terme ‘’idiot’’ dans le film revient constamment a-t-elle point que cette grande idiotie généralisée se transforme en un ennuyeux moment qui préfigure d’une chose, le Japon traverse une grave crise artistique. La nouvelle vague incarnée par Rikiya Imaizumi, n’arrive pas à offrir un film puissant et montre au grand jour l’incapacité des jeunes acteurs japonais à se transcender lorsqu’il s’agit d’exprimer leurs sentiments.

Constat d’échec donc pour ce Just Only Love, qui malgré sa tentative de parler de ce sujet redondant au Japon, les histoires d’amours, le divorce semble déjà consommé avec le public et les critiques qui pour certains d’entre eux le considèrent comme un road movie pour enfant.  Un film qui n’offre rien hormis la satisfaction pour son réalisateur de jouir du festival et d’une courte notoriété.

Note des lecteurs0 Note0
2
Plus d'articles
Concours : 10 DVD & 10 Combo Blu-Ray/DVD de Woochi à gagner

Critique : Just Only Love de Rikiya Imaizumi