Vous aimez notre nouveau site, pour nous aider c'est ICI via tipeee & à partir de 1€ seulement (sans abonnement ou engagement)
©2017Hiromu Arakawa/SQUARE ENIX ©2017“FULLMETAL ALCHEMIST” Film Partners

[TIFF 2017] Critique : FullMetal Alchemist LIVE de Fumihiko Sori

Last updated:
1

Festival heureux, festival pluvieux, c’est sous une pluie battante que je me suis dirigé vers Roppongi Hills ce matin, où le 30ème Festival International du Film de Tokyo a débuté. Pour la grande première j’ai eu la chance de voir en exclusivité mondiale le live action movie FullMetal Alchemist. Cette projection uniquement accessible aux journalistes, n’a pas fait salle comble. Surement dû au fait que les dernières versions ciné de manga populaires (Ghost In The Shell, Death Note) ont sensiblement refroidi les ardeurs des journalistes fans du manga ou de l’animation japonaise en général.

Ce FullMetal Alchemist qui selon les dire de son réalisateur Fumihiko Sori : ‘’Je suis un fan depuis le début. Ne vous inquiétez je ne changerais rien.’’ est une déception abyssale. Ce film est vide, sans consistance, d’un ennui mortel où on souhaiterait pleinement être un alchimiste pour effacer cette daube et recommencer à zéro pour offrir de la magie et non pas une sorte de copier coller mal réalisé de l’anime. L’histoire est un condensé du manga de 27 tomes en un peu plus de 2 heures de film ce qui apporte forcément son lot d’incohérence et de faiblesses scénaristiques. On s’y était préparé et on s’est pas trompé.

Les acteurs Ryosuke Yamada qui joue le rôle d’Edward Elric et Tsubasa Honda  qui joue le rôle Winry Rockbells sont mauvais à tel point que l’on se demande s’il y aurait mieux fallu enrôler des acteurs occidentaux pour ce film. Un japonais aux cheveux peroxydés blonds interprétant un personnage caucasien n’aidant pas à l’immersion du film, enfin ce n’est pas le plus dramatique…

 

Tsubasa Honda, est certainement la pire du casting, son jeux d’actrice si on peut appeler ça jouer, mériterait de prendre des cours de comédie au lieu de faire la potiche mignonne, cliché des films du même genre. On est bercé dans la niaiserie la plus totale avec des poses copier coller de l’anime mais qui semblent totalement absurdes dans cette version live.

L’apparition de Jun Kunimura (The Strangers) en docteur Tim Marcoh, ‘’l’alchimiste de cristal’’créateur de la pierre philosophale imparfaite, nous donne le sentiment qu’il a dû se demander durant le tournage, ‘’Mais bon Dieu, qu’est-ce que je fous là’’ tant le vide sidéral de ce navet ne reflète en rien la complexité et la force du manga et de l’anime. Mention spéciale pour Atomu Mizuichi qui est la voix du meilleur acteur du film, Alphonse Elric, le pauvre gamin coincé dans son armure qui pour le coup reste fidèle au manga. Heureusement avec une armure on n’impose pas de stupides figures de style.

Cette fidélité sera bien le seul point positif car même les décors notamment extérieurs ne sont pas fidèlesà l’oeuvre originale de Hiromu Arakawa. Tourné en Italie à Volterra dans la Toscane près de Florence, nous sommes loin, très loin de l’ambiance germanique du manga. Ce qui n’est qu’un détails pour les japonais mais en tant qu’européen et connaisseur de l’architecture allemande et italienne, imaginez, c’est comme si un réalisateur européen avait fait un film de samouraïs dans une ville thaïlandaise. Alors oui Fumihiko Sori, nous sommes très inquiets. Inquiets d’avoir perdu notre temps et inquiets pour celles et ceux qui verront son film dont il n’y a rien à sauver. Je ne vais pas m’étendre sur les costumes qui sont des costumes cosplay au rabais mais comble de cet échec, ce sont les effets spéciaux. La CG est d’une faiblesse que l’on se demande encore comment son réalisateur ose dire qu’il a utilisé les mêmes techniques que pour The Avengers.

Ce film aurait pu sortir en 2007, cela n’aurait choqué personne mais en 2017, on s’attendait à de vrai effets spéciaux et non pas de vulgaires plans sur fonds verts. Distribué par la Warner Bros, grosse machine à créer des blockbusters, on se demande aussi où sont passés les producteurs. Ont-il eu connaissance du manga ? Prennent-ils les fans pour des vaches à lait ? Ne pouvaient-ils pas voir la catastrophe, l’accident industriel venir ? Tant de questions qui resteront sans réponses…

Bien sûr, la fin du film annonce une suite avec même en prime une scène post générique de fin (le style Avengers à mon avis) mais comme direz Gandalf dans la Moria :’’Fuyez pauvre fou’’ c’est à près le seul conseil que je peux donner aux fans des 2 frangins, et de l’univers FullMetal Alchemist si ils souhaitent conserver une belle image de leur manga préféré. Pour les autres, ce film sera considéré comme un divertissement comme un autre, à regarder dans un avion ou lorsque que l’on repasse son linge. FullMetal Alchemist de Fumihiko Sori ne mérite guère mieux.

Note des lecteurs25 Notes2.7
1
Plus d'articles
Nouveau visuel pour le coffret collector Memories of Murder (qui sort cet été)

[TIFF 2017] Critique : FullMetal Alchemist LIVE de Fumihiko Sori