Le grand public occidental n’avait plus entendu parler de John Woo depuis l’échec artistique et commerciale de PAYCHECK, thriller de science-fiction avec Ben Affleck, sortie en 2003.
Une carrière américaine post-Hong-Kong qui au final ne sera jamais à la hauteur de ses chefs d’œuvres « hardboiled » des années 80 et début 90.

Son retour bienvenu en Chine fut marqué en 2008 avec la fresque LES TROIS ROYAUMES, avec Tony Leung Chiu-Wai, grand film d’époque guerrier qui montrait que Woo n’avait rien perdu de son lyrisme si particulier. Cela aura certainement décidé de la remise du Lion d’Or à la Mostra de Venise pour l’ensemble de sa carrière, en 2010. Il signa ensuite THE CROSSING, toujours inédit chez nous, un drame chinois qui suit trois couples fuirent vers Taïwan durant la révolution chinoise à la fin des années 40.

Mais force de reconnaître que son style « heroic bloodshed » est bien loin. C’est en cela que MANHUNT pourrait être un événement. La bande annonce ci-dessous a affolé les fans de la première heure. Pour autant, je préfère rester modéré car mise à part les gimmick Wooien (colombes, ralentis), on est assez proche finalement d’un actionner classique en tout cas très loin des ambiances jazzy ou noir d’un A TOUTE EPREUVE ou d’un SYNDICAT DU CRIME. Peut-être l’absence de Chow Yun-Fat…

A vous de juger :

MANHUNT est adapté d’un roman japonais «Hot Poursuit» de Juko Nishimura. Le roman a déjà été adapté au Japon en 1976, sous la direction de Junya Sato avec Ken Takakura.
Le remake signé John Woo avec Zhang Hanuy (Operation Mekong, La Bataille de la Montagne du Tigre), Masaharu Fukuyama (Kenshin Kyoto Inferno), Jun Kunimura (The Strangers) et Tao Okamoto (Batman vs Superman) n’a toujours pas de date mais il sera présenté en hors compétition à la 74e édition de la Mostra de Venise et au Toronto International Film Festival en septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.