Vous aimez notre nouveau site, pour nous aider c'est ICI via tipeee & à partir de 1€ seulement (sans abonnement ou engagement)

Critique : Dragon gate, la légende des sabres volants de Tsui Hark

Last updated:
Note des lecteurs1 Note4.7
2

Le retour des cités d’or

Après Detective Dee sorti sur nos écrans il y a deux ans, Tsui Hark nous revient avec Dragon Gate, la légende des sabres volants.

Remake de Dagon gate Inn de King Hu, et de l’Auberge du dragon de Raymond Lee et déjà Tsui Hark, cette version entièrement de Tsui Hark a été réalisée dans une optique de grand spectacle en tentant de surfer sur la vague des films en 3D post Avatar. De l’aventure et de l’action sont donc bien au programme de ces 2 heures de film. Côté scénario, on regrettera le nombre important de personnages brouillant l’intrigue principale. Côté technique, le scope fait complètement office, que ce soit dans les décors maritimes (la bataille sur le bateau chinois) ou dans les dunes du désert de l’auberge du dragon. La photo est très soignée, lumineuse, proposant des couleurs vives, ou encore une belle restitution du ciel ombragé teinté d’ocre quand la tempête arrive.

Mais si le film a des qualités techniques indéniables, l’avalanche de scènes d’action approximatives basées sur des effets spéciaux complètement ratés plombent le film. Beaucoup de bonnes idées sont gâchées par d’improbables incrustations « fauchées ». La 1ere scène de combat à coups de troncs d’arbres numériques donne malheureusement le ton pour le reste du métrage, et c’est une des plus réussies… En effet la surenchère de chorégraphies improbables réalisées par des avatars en synthèse de Jet Li et consort, est d’une laideur magistrale. La seule séquence passable est l’arrivée de la tempête qui a dû coûter les ¾ du budget, le reste étant complètement cheap. Et c’est dommage car les idées de départ étaient bonnes, comme le combat à travers des lancées de cordes, le potentiel spectaculaire des scènes est à chaque fois mis à mal par ces incrustations malheureuses. On sent que les effets sont réalisés pour la 3D cinéma, que ça a été pensé pour cette exploitation en priorité, et sans en avoir les moyens.

Ceux qui ne seront pas rebutés par les effets spéciaux apprécieront un film d’aventure un peu désuet avec tout de même un bon casting (dont une apparition de Gordon Liu) et une fin des plus épiques.

Plus d'articles
Les délices de Tokyo de Naomi Kawase en DVD et Blu-Ray le 24 juin

Critique : Dragon gate, la légende des sabres volants de Tsui Hark