Note des lecteurs0 Note0
2.5

Si une langue est à sa place au Japon c’est bien le français ! Pas toujours correctement utilisé (on ne peut rien dire on fait pareil avec le japonais), le français apporte toujours une touche de sensualité et de raffinement partout où la langue de Molière passe. Quoi de plus naturel donc d’avoir un film avec en titre « Pâtisserie coin de rue ».

Tomura est un pâtissier qui a été salué par son talent, mais il a quitté son métier du jour au lendemain sans aucune raison. Huit ans plus tard, ce dernier s’est reconverti dans l’écriture, mais va faire la rencontre de Natsume, une jeune femme venu rejoindre son petit ami à Tokyo, qui vient tout juste de trouver un travail à la « Pâtisserie Coin de rue ».

Si les desserts sont absolument délicieux à l’écran on ne peut pas en dire autant de ce film, sans vouloir faire du spoil…le scénario est écrit à l’avance on devine assez rapidement ce qui va arriver à notre pâtissière débutante, au légendaire Tomura, à la pâtisserie…etc etc du coup le film devient rapidement commun et il faut vraiment aimer la bouffe pour le regarder jusqu’à la fin ou regarder le film très tardivement pour ne pas voir toute l’histoire venir.

Autre petit point négatif on se retrouve dans le film (durant une très courte scène) avec des mauvais acteurs français qui parlent comme des robots qui donnent des leçons de langue aux spectateurs, sans doute le spectateur japonais n’a rien remarqué…mais c’est quand même impressionnant de ne jamais trouver un acteur étranger à la hauteur du casting local, j’avais déjà eu la gerbouille avec le film « My darling is a Foreigner« , heureusement que tout ceci est très court !

Puisqu’il faut bien des points positifs on retiendra cependant que le casting (en dehors des acteurs français) s’en sort plus que largement et sauve le film d’une mayonnaise n’ayant pas pris, ou d’un soufflé au fromage qui retombe…à court d’expression culinaire, celui-ci sera tout de même agréable pour tous ceux qui, comme moi, apprécie la belle pâtisserie (Pierre Hermé si tu nous lis)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Note finale