Critique : Arrow, The Ultimate Weapon / War of The Arrows arrowCritique : Arrow, The Ultimate Weapon / War of The Arrows

Critique : Arrow, The Ultimate Weapon / War of The Arrows

Note des lecteurs0 Note0
4.5

Si 2010 avait été dominé de la tête et des épaules par le brillantissime « The Man From nowhere » et ses 6 millions d’entrées (pour rappel 2eme Secret Reunion, 3eme : Woochi) cette année 2011 voit un tout autre gagnant : « Arrow, The Ultimate Weapon »/ 최종병기 활 (活) / Choi-jong-byeong-gi Hwal avec 7.4 millions d’entrées ce qui ne veut pas forcément dire que le film est de qualité puisque si celui-ci est bien premier dans les productions locale, il chute de peu la top position et la laisse au très spécial Transformer 3 (oui ici spécial veut dire tout pourri).

Mais passons ces considérations ci puisque ce qui est intéressant au final est de savoir si oui ou non les coréens ont décidément des gouts douteux en cette année du lapin (aucun rapport avec le corée)

Je n’avais pas lu l’histoire avant de voir le film, le simple classement au box-office me suffisait amplement au moins par curiosité, du coup c’est avec un peu de perplexité que j’ai regardé durant 2h le film de Kim Han-min. Il n’est pas toujours évident pour un film de cette durée de ne pas avoir de temps mort et pourtant je n’ai à aucun moment je n’ai pensé : « bon aller grouille toi »…bien rythmé, ce mix historico-action-chasse à l’homme frise la perfection. Emené par un Park Hae-Il au top de sa forme (comme souvent pour l’acteur de Moss), il est tout à fait crédible dans son rôle de grand frère protecteur et roi de l’arc.

Seul reproche que l’on peut faire au personnage de Park Hae-Il, sa trop grande humanité qui parfois lui font faire des choix plus qu’étrange vue la situation. Non pas que ceux-ci soit impossible, juste que je n’aurais pas forcement fait les même…du coup on ne sait pas trop et on a parfois envie de lui dire d’arrêter de se foutre de notre gueule…Il est assez difficile de comprendre pourquoi celui-ci épargne un soldat sous prétexte que son arc n’est pas fait pour tuer…celui-ci avait quand même dévasté son village et tué un paquet de monde…mais bon pourquoi pas.

Autre point un peu étrange, l’invasion Mandchoues est tout de même ultra light dans le film, sans faire un exposé historique, le film se déroule en 1637 et ils n’ont pas l’air d’être très nombreux pour faire tomber les coréens…le prince Doreukon est tout de même accompagné de peu de monde dans le film. Il est tout à fait possible que celui-ci ne dispose que d’une petite garnison, laissant le gros de ses troupes à son père…mais je pense qu’un peu plus d’homme aurait été plus crédible.

Ces détails étant écartés de ma mémoire on peut se pencher sur un point important du film, le casting. Tout simplement impeccable, aucun personnage n’est superflu dans l’histoire et chacun apporte quelque chose.

Donc, comme en 2010 les coréens ont eu raison de se bousculer pour voir « Arrow, The Ultimate Weapon », celui-ci étant vraiment très prenant.

Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki au cinéma le 23 janvier