Alors que l’édition de l’année dernière marquait un nouveau tournant avec le déménagement au Publicis, cette 9e édition s’annonce grandiose.

FFCP-2014-s Programmation du festival du film coréen à Paris (28 octobre/4 novembre 2014)FFCP 2014 sprogrammation du festival du film coréen à paris (28 octobre/4 novembre 2014)

L’événement sera sans aucun doute la projection du plus gros succès de tous les temps en Corée du Sud : Roaring CurrentsToujours à l’affiche, le film avec Choi Min-Sik, ne sera pas la seule attraction du festival :

En avant première, deux films :

Gun-su est inspecteur à la brigade criminelle. Obligé pendant l’enterrement de sa mère de retourner au poste à cause d’une enquête interne qui risque de révéler ses magouilles, il renverse et tue accidentellement un piéton sur le bord d’une route déserte. Commence alors pour lui une série de péripéties qu’il va avoir bien du mal à gérer, entre le deuil familial, l’enquête interne qui le vise, et ce cadavre encombrant dont il se serait bien passé…

Une policière de Séoul arrive dans une petite ville de province où elle vient d’être mutée pour prendre la tête du commissariat local. Elle prend rapidement sous son aile une jeune fille dont elle semble être la seule à se soucier, Do-hee, une collégienne harcelée par ses camarades et battue par son père et sa grand-mère.

Qui seront accompagnés de douze films dans la section paysage :

  • 10 Minutes 10분 de Lee Yong Seung (2013)

Se préparant une énième fois pour l’examen en vue de réaliser son rêve d’être un jour producteur à la télévision, Ho-Chan se voit obligé de prendre un job à temps partiel dans une agence gouvernementale, afin de subvenir aux besoins de sa famille. Un jour, le jeune homme se voit offrir un temps plein au sein de l’agence et doit alors choisir entre son rêve et un métier stable. Il accepte finalement l’offre, mais les choses ne se passent pas comme prévu.

  • A Dream of Iron 철의 꿈 de Kelvin Kyung Kun Park (2013)

Le réalisateur Kelvin Kyung Kun Park filme le paysage industriel coréen. Le film est tout simplement impossible à résumer en un synopsis de quelques lignes. C’est un voyage cinématographique, et un voyage coréen, à vivre sur grand écran

  • Broken 방황하는 칼날 de Lee Jeong-ho (2013)

Sang-hyun est veuf et élève seul sa fille adolescente. Lorsque le cadavre de celle-ci est retrouvé, son monde s’écroule. Hébété dans un premier temps, il va recevoir un sms lui donnant l’adresse de l’assassin de sa fille. Plutôt que d’en parler à la police, Sang-hyun va se rendre seul à cette adresse. Bientôt une quête de vengeance anime ce père qui n’a plus rien à perdre, et que la police va devoir arrêter avant qu’il ne soit trop tard.

  • Futureless Things 이것이 우리의 끝이다 de Kim Kyung-mook (2013)

Que se passe-t-il dans l’une de ces nombreuses supérettes coréennes où les clients ne passent que quelques minutes et où les employés se relaient 24 heures sur 24 ? Certains caissiers révisent leur anglais, d’autres se racontent leurs coups de cœur, quand certains se prennent le bec avec la clientèle. Vingt-quatre curieuses heures de la vie d’une supérette.

  • Intruders 조난자들 de Noh Young-seok (2013)

Sang-jin doit absolument terminer son scénario. Il a besoin de calme, et pour ce faire va s’installer en plein hiver dans le chalet de son producteur, à la montagne, dans un coin tranquille et isolé. Mais il n’est pas si seul que cela. Dans le coin rôde un type tout juste sorti de prison qu’il a croisé en chemin, et deux braconniers de la région. Sang-jin a de plus en plus de mal à écrire à mesure que d’étranges évènements se produisent et qu’un danger invisible grandit.

  • Manshin : Ten Thousand Spirits 만신 de Park Chan-kyong (2013)

Le terme « manshin » désigne la prêtresse dans le chamanisme coréen. Celle sur laquelle se penche le film se nomme Kim Geum-hwa, née au début des années 30. Naviguant entre le documentaire et la fiction, « Manshin : Ten Thousand Spirits » dresse le portrait de la plus grande chamane coréenne du 20ème siècle, et à travers elle de la Corée, en mêlant images d’archives, enquête documentaire et fiction.

  • My Dear Girl, Jin-young 사랑해! 진영아 de Lee Sung-eun (2013)

Carrière, vie amoureuse, relations familiales… Rien n’est facile pour Jin-young, 30 ans. Au lieu de réfléchir à son avenir, elle aime à se plonger dans son monde, un monde où elle dialogue avec des zombies, les héros de son propre scénario qu’elle rêve de voir produit mais qui se voit constamment refusé. Pourtant, alors qu’elle n’y croyait plus, l’opportunité se présente de donner enfin vie à ce monde qui l’habite, et peut-être de se mettre enfin sur le chemin de l’âge adulte.

  • Night Flight 야간비행 de Leesong Hee-il (2013)

Yong-Ju semble mener une vie tranquille. Jusqu’à présent, il a bien supporté ses années lycée, une période difficile pour tous les jeunes coréens. Il vit avec sa mère célibataire, étudie, aime la photo. Il aimerait cacher son homosexualité, mais son attachement à Gi-woong, une petite frappe du lycée qui fut jadis son meilleur ami, se manifeste malgré lui.

  • Non-Fiction Diary 논픽션 다이어리 de Jung Yoon-suk (2013)

Au début des années 90, un groupe de jeunes connu sous le nom de Clan Chijon commet une série de meurtres visant des personnes aisées. L’affaire défraie la chronique à l’époque. Mais elle n’est que le point de départ de ce documentaire s’interrogeant sur la place de la violence dans la société coréenne au sortir de la Dictature.

  • The Fake 사이비 de Yeon Sangho (2013)

Choi Gyeong-Seok, arnaqueur se faisant passer pour un homme de foi, feint de fonder une église dans un petit village qui sera bientôt englouti par les flots pour la construction d’un barrage. Il réussit à convaincre les habitants de lui verser leurs indemnités de relogement, à l’aide d’un jeune pasteur ignorant son noir dessein. Mais son projet déraille avec l’apparition de Min-Cheol, un homme violent et peu recommandable lui-même, qui va se mettre sur la route de l’arnaqueur et menacer de le démasquer.

Ancien présentateur de télévision vedette, Yoon Young-Hwa est devenu animateur radio après un malencontreux incident. Recevant un jour l’appel d’un homme qui menace de faire sauter un pont et met rapidement sa menace à exécution, Yoon comprend que s’offre à lui l’opportunité de relancer sa carrière, en retransmettant l’interview en direct. Yoon croit mener le jeu, jusqu’au moment où son interlocuteur l’informe que l’oreillette qu’il porte est piégée…

Les amoureux des classiques, ne seront pas oubliés et en cette période d’Halloween, les cinq films présentés sont tous des films d’horreur :

  • A Bloodthirsty Killer 살인마 de Lee Yong-min (1965)

Dans une galerie d’art, Lee Shi-mok est choqué de trouver un portrait de son ex-femme, Ae-ja, qu’il n’a pas vue depuis 10 ans. L’homme qui a peint ce portrait lui confie le tableau, mais celui-ci va très vite perturber la vie de la famille de Lee Shi-mok, semblant être la source d’événements étranges…

  • A Public Cemetery of Wol-ha 월하의 공동묘지 de Gwon Cheol-hwi (1967)

Une gisaeng (geisha coréenne) nommée Myung-sun se marie avec un homme issu d’une famille aisée, laquelle ne voit pas la jeune femme et son trouble passé d’un bon œil. Lorsque Myung-sun meurt tragiquement, son fantôme apparaît pour venir tourmenter ceux qui l’ont malmenée de son vivant…

  • Thousand Years Old Fox 천년호 de Shin Sang-ok (1969)

A la fin de la dynastie Silla, la reine Jinseong séduit Kim Won-rang, un de ses généraux. Tandis qu’il passe du temps avec la reine, celle-ci ordonne que Yeo-hwa, la femme du général, soit évacuée de la capitale. Dans la montagne, Yeo-hwa est attaquée par un groupe de bandits et leur échappe en se jetant dans un lac. Won-rang, qui arrive juste à temps, la sauve. Mais c’est alors que d’étranges événements commencent à se produire autour de Yeo-hwa…

  • Suddenly in Dark Night 깊은밤 갑자기 de Go Yeong-nam (1981)

Kang Yu-jin est un professeur en biologie. Il rentre un jour à la maison avec Mi-ok, une orpheline, en fait la fille d’une prêtresse chamane, qui deviendra la nouvelle servante de la maison. Sun-hee, la femme de Kang, n’est pas à l’aise avec Mi-ok, qui possède une étrange poupée…

  • Sorum (Gooseflesh) 소름 de Yoon Jong-chan (2001)

Yong-hyun, chauffeur de taxi, emménage dans un appartement décrépit. Il fait la rencontre de ses nouveaux voisins, qui semblent vivre dans la peur et le désespoir. Des phénomènes singuliers se produisent dans cet immeuble qui semble cacher bien des secrets…

Portrait : Lee Sujin
한공주
Les courts métrages , Son’s et Enemy’s Apple

Du coté de l’ouverture de festival, cela se ferra avec Haemoo et la clôture sera fait par le film The Divine Move.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X