Critique : Chiang Kan Love Story (Took Kae Rak Pang Mak) de Tom Yuthlert
2.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Tookae Ruk Pang Mak (Tookae aime à la folie Pang) est la nouvelle comédie romantique à la sauce Thai. De toute façon en Thaïlande il n’y a guère le choix. Soit des histoires d’amours un peu neuneu ou des histoires d’horreur où les fantômes font plus rire que peur.

Bref, par le plus grand des hasards je me suis décidé à aller voir ce film. Évidemment lorsque je rentre dans la salle le public à 99% thaï est très jeune… vraiment jeune 12 ans maximum. Bref, je me demande pourquoi diable je vais passer mes 2 heures de mon temps au milieu de tous ces juvéniles aux poussées d’acné.

took-kae-poster[1] Critique : Chiang Kan Love Story (Took Kae Rak Pang Mak) de Tom Yuthlerttook kae poster1Critique : Chiang Kan LoveStory (Took Kae Rak Pang Mak) de Tom Yuthlert

 

Enfin, le film démarre est dès les premières scènes je le trouve plutôt intéressant avec son coté kitch/vintage des vieux films thaï. En effet, le réalisateur Yuthlert Sippapak dirige ce récit en partie autobiographique d’amis d’enfance à Chiang Khan, Loei dans les années fin 70′. Le héros un jeune garçon, nomme Tookae (Jirayu Laongmanee) est le meilleur ami de Pang, la fille du chef de la police du coin.

Tous les deux vivent une passion commune pour le cinéma. Mais comme dans toute les comédies romantique, il y a une séparation. La jolie Pang s’en va avec sa famille Mais elle finira par retrouver son  »Tookae » des années plus tard quand celle-ci débute une carrière d’actrice de cinéma alors que lui débute en tant que réalisateur. Voila vous avez compris ?

Un scenario des plus classiques un happy end absolument pas original mais que voulez vous, l’originalité en Thaïlande n’est pas de mise. On peut tout de même souligner les effort du réalisateur avec les flash back et l’atmosphère qu’il a réussi à créer en mode 70’/80’s. Une comédie où on passe un bon moment pour peu que l’on n’est pas autre chose a faire.

Enfin rien que pour  »Miss Pang » (Chonthida Asavahame) le film vaut le coup d’oeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X