Critique : Bataille au delà des étoiles (The green slime) de Kinji Fukasaku
2.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Bataille au delà des étoiles (The green slime) (1968) de Kinji Fukasaku a été projeté dans le cadre de la rétrospective Kinji Fukasaku à la cinémathèque de Paris.

L’histoire : Une station spatiale détecte un astéroïde dont la trajectoire se dirige vers la terre. L’équipe chargée de sa destruction ramène avec elle une étrange substance verte, qui va engendrer des monstres tentaculaires tueurs, assoiffés d’êtres humains. Le capitaine de la mission va alors tout faire pour repousser leurs attaques et défendre la station spatiale.

Kinji Fukasaku serait-il autant à l’aise dans les bas fonds de Tokyo que sur un astéroïde plein d’extra-terrestres tentaculaires ? Il semblerait bien que non, un des maîtres du Yakuza eiga, qui ne s’est jamais contenté de rester dans la case film de gangsters, a travaillé sur différents styles de productions (drame, samouraï, etc.) se risquant donc plusieurs fois au film de SF.

Ici avec la Bataille au delà des étoiles, le réalisateur japonais, nous donne à voir un film paradoxale, une production japonaise avec un casting entièrement américain, sur un genre très américain à l’époque. Il en ressort un film entre Forbidden Planet pour le meilleur et on ne sait que choisir pour le pire… car avec son casting de seconds couteaux et ses costumes de monstres particulièrement ridicules, Bataille au delà des étoiles est à regarder au deuxième degré, voire troisième, il pourra alors se savourer pleinement.

A noter tout de même un joli travail sur les maquettes réalisées par les équipes de la Toei. Aussi certaines idées du film furent visionnaires car exploitées de façon spectaculaire dans des films postérieurs, comme l’astéroïde menaçant la Terre (Armaggedon), le liquide dangereux se transformant en menace extra-terrestre (Prometheus) et les monstres envahissant une station spatiale (Alien) ; comme disait l’accroche de l’affiche d’Alien : « Dans l’espace personne ne vous entendra crier », ici dans ce film ce sont les extra-terrestres qui poussent des cris stridents insupportables (même dans l’espace), bien pires que leurs coups de tentacules…

Niveau réalisation Kinji Fukasaku reste maître de sa caméra et arrive dans des endroits exigus comme un couloir à créer des mouvements dynamiques, et à amener une tension. Seulement le traitement, les dialogues et les acteurs sont si savoureux que l’ambition du film ne peut être que de divertir par moquerie complice.

En résumé, Bataille au delà des étoiles est une série B sans réelle ambition mais réjouissante par son traitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X