Critique : Perfect Number de Bang Eun-Jin
5.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Perfect Number commence avec cette tension propre aux films coréens, à travers la mise en scène d’une violence crue dans l’agression de Hwa-Seon et le meurtre qu’elle va commettre pour se défendre.

Après cette entrée en matière vigoureuse, le rythme change, Hwa-Seon accepte l’aide de son timoré voisin qui promet, si elle lui fait confiance, de faire échouer l’enquête de police.

Le rythme devient lent, alors qu’inversement la police retrouve très rapidement le corps, et remonte encore plus vite jusqu’à Hwa-Seon… La promesse semble échouer. Bien que l’inspecteur Min-Beom la suspecte, il n’arrive cependant pas encore à trouver « la » preuve. Le spectateur se trouvant du point de vue de la jeune femme pense que l’enquête va être résolu en 20 minutes à ce rythme là, pourtant le scénario tient les promesses d’un très grand polar et nous tiendra en haleine jusqu’à la dernière seconde.

Car oui Perfect Number a un scénario proche de la perfection, tant le suspens est perpétuellement renouvelé, jouant avec les clichés du thriller et amenant un aspect romantique dans un genre qui ne le prédispose pas.

Formellement, Bang Eun-Jin réalise un film de toute beauté, maîtrisant habillement la lumière, utilisant des ralentis à des moments anodins rappelant presque In the mood for love, et sachant filmer les émotions des comédiens au plus près.

Dans le rôle Seok-Go, le professeur de mathématique complètement timide, on retrouve Ryu Seung-Beom qui montre l’étendu de son talent dans un personnage à l’exact opposé du milicien nord-coréen ultra violent du film The Agent (The Berlin files), sorti cette année en Corée. Ici l’acteur nous propose un personnage fragile, avec une naïveté touchante, tout en étant inquiétant…

Perfect Number est l’adaptation d’un roman japonais, chose que l’on ressent tant le personnage de Seok-Go semble rappeler le phénomène otaku, c’est à dire des gens prisonniers d’eux-mêmes, ayant du mal à s’insérer socialement, dans le cas présent un génie maladif des mathématiques, quelle bonne idée !

Perfect Number est un sommet du thriller coréen tout en ayant sa propre identité, nous sommes loin de l’ultra-violence des films de Park Chan Wook, ou de Kim Jee Woon. Ici c’est l’intelligence du scénario qui prime, une équation mathématique parfaite, qui hisse Perfect Number comme un des meilleurs polars (films) du moment au niveau international. Du grand cinéma à ne pas manquer !
Perfect Number sera projeté une nouvelle fois vendredi 2 novembre au Publicis cinéma à 22H20.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X