Critique: So Young de Vicki Zhao
3.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Le début de Vicky Zhao en tant que réalisatrice s’avère prometteur, une comédie romantique divertissante et riche, qui n’arrive cependant pas à se détacher de certains clichés maladroits.

Après un succès fulgurant au box-office chinois et une première internationale en France, So Young a finalement débarque au Royaume-Uni avec une projection dans le cadre du prestigieux festival du film de Londres. De par son succès jusque là,  les attentes étaient élevées, et heureusement le film est un début satisfaisant pour l’actrice renommée, bien que certains choix de réalisation ne rendent pas toujours justes.

Tout d’abord, l’assemblage commercial du film pour lui donner un maximum de potentiel a été méticuleux. En effet, comme mentionne lors de la session de questions-reponses, le scénario de So Young est basé sur un roman à succès, lui garantissant une audience déjà conquise. Joindre Zhao Wei au projet est, quelle que soit sa position, un argument marketing supplémentaire. Une autre décision astucieuse fut de coupler acteurs du moment, tels que Mark Chao (MongaCaught in the WebDetective Dee 2) et Han Geng (My KingdomTransformers 4), avec des actrices débutantes. C’est une décision qui découle sans aucun doute de Zhao Wei qui a sûrement voulu donner sa chance a la nouvelle génération, se trouvant elle-même trop âge pour ce genre de rôles.

Ensuite, en termes de genre, Zhao a réussi à adapter le scénario de Li Qiang avec succès, mêlant efficacement drame, comédie et romance. En réduisant le nombre de colocatrices a quatre (contrairement aux six du roman), l’histoire s’en retrouve allégée, tout en gardant un nombre de sous histoires suffisant pour maintenir un dynamisme dans le film. Cependant, certaines simplifications peuvent mener a la confusion. Ainsi, si l’on n’y fait pas suffisamment attention, il est possible de confondre Lin Jing (joue par Han Geng) – l’amour de jeunesse – avec Chen Xiaozheng (Mark Chao) – ennemi devenu amoureux – qui tous deux se rendent (ou du moins sont supposes) aux Etats-Unis, sont l’objet d’une même attitude amoureuse de Zheng Wei (Yang Zishan) et se ressemblent beaucoup à l’age « mûr ».

En termes de caractérisation des personnages, chacun est vraiment identifiable et drôle à suivre dans leurs périples universitaires. Cependant, certains traits semblent très cliches, comme l’attitude très confiante et poussive de Zheng Wei pour conquérir Xiaozheng, sa naïveté amoureuse, alors que ce dernier est totalement psycho-rigide (du moins au début). Difficile voire impossible d’imaginer qu’ils puissent changer si radicalement dans leurs attitudes et arriver a être ensemble. Cela contribue cependant du comique du film, quoiqu’apparaît tout de même un peu ridicule et naïf. Cela était pour sur intentionnel puisque Zhao Wei elle-même disait qu’elle ne se reconnaît dans aucun des personnages,

Le contexte comprend également plusieurs cliches. Le plus hilarant et/ou ridicule de tous sont le dortoir des garçons semblable à un dépotoir et la tentative du directeur de l’université de chanter une chanson traditionnelle (expérience vécue, en Corée !).

Enfin, les discussions et situations des couples sont très diverses, permettant une identification du public plus facile dans certains détails : les tensions précédant la rupture-une relation à distance (beaucoup lie a un choix de vie et carrière futur), l’impossibilité pour Ruan Guan (jouée par Jiang Shuying) d’oublier son amour d’enfance, la petite amie ultra-dépendante et suicidaire, l’avortement force (finance par une ex petite amie), etc. cène finale de Ruan Guan est d’ailleurs très choquante mais aussi très vraie, se faisant écraser par un camion arrêté au milieu de la route (au feu rouge) à Pékin, se rendant au concert de Swede pour retrouver son amour d’enfance.

En conclusion, So Young s’avère un solide premier film pour Zhao Wei qui prouve ainsi qu’elle a la connaissance suffisante pour la réalisation et pour enfin passer derrière la camera. Bien que n’étant pas connue pour les comédies romantiques locales nombreuses dans lesquelles elle a joué, cette expérience lui ait sans aucun doute servi grandement afin d’arriver a un équilibre entre humour, drame et romance, dans le but d’arriver à séduire une audience des plus large – mais bien sûr avant tout étudiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X