Bonne nouvelle pour tout ceux qui aiment l’animation, Arte,va diffuser le mercredi 30 octobre à 20h50 : Porco Rosso en version multilingue.

Pour ceux qui n’aurait pas encore vu le film de 1992, il faut absolument vous coller sur la chaine franco-allemande, tellement celui-ci transpire la qualité.

Synopsis :

1929, au large de l’Italie, sur une île perdue au milieu de la mer Adriatique. Porco Rosso, ancien pilote de l’armée de l’air mystérieusement transformé en cochon, est devenu un célèbre et redoutable chasseur de prime qui traque les pirates du ciel à bord de son hydravion de guerre. Jusqu’au jour où, las de leurs constantes déculottées, les pilleurs font appel à un as du pilotage américain, Donald Curtis. Non content de faire du charme à Gina, la belle amie de Porco Rosso, ce dernier parvient à l’abattre au terme d’un duel dans les airs sans merci. Bien décidé à se venger, le chasseur de prime part alors à Milan pour remettre à neuf son hydravion, chez un ami artisan au bord de la faillite…

Réalisme poétique

Les habitués des univers fantaisistes du cinéaste seront peut-être ici déroutés par l’ancrage très réaliste et politique de ce film : celui d’une Italie confrontée à la crise et à la montée du fascisme. Myiazaki profite de l’ironie désabusée de son héros pour afficher ses positions antinationalistes et pacifistes et décrit un monde pour le moins désenchanté. « Le temps des cerises », hymne de l’idéal communard chanté par la radio et la séduisante Gina, est bel et bien terminé : les hommes ne sont plus qu’un ramassis de lâches ridicules et arrogants, mesurant sans cesse leur puissance dans de vains – et néanmoins spectaculaires – combats aériens. À l’image de la bande de pirates, bouffons hilarants du film, ou du pilote américain, bien égratigné au passage, figure typique du cinéma hollywoodien auquel le cinéaste ne cesse ici de faire des clins d’œil. Heureusement, pour sauver ce monde d’un complet naufrage, les femmes et la poésie ravivent la lumière. Celles-ci par leur énergie, leur indépendance et leur amour. Celle-là par sa capacité à réenchanter le monde. Comme lors de cette séquence d’une éblouissante beauté où Porco Rosso, encore humain, voit ses camarades morts en mission s’envoler vers un somptueux cimetière aérien.

image : © Walt Disney Company/Studios Ghibli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X