C’est avec tristesse que l’on a appris la mort du réalisateur japonais Nagisa Oshima à l’age de 80 ans.

Si ce nom n’est pas forcement le plus connu du grand public, son œuvre majeur « L’empire des sens » datant de 1978 est elle une monument du cinéma, Arté le diffusant presque tous les ans.

Le réalisateur est aussi l’auteur de nombreux court, long métrage qui vont du film Une ville d’amour et d’espoir en 1959 au film « Tabou » en 1999.

On lui doit aussi « Furyo » en 1983 avec David Bowie en prisonnier de guerre anglais.

Une bien triste nouvelle donc que la parte de ce provocateur qui osait évoquer les sujets de société les plus sensible notamment « Nuit et Brouillard au japon » en 1960 qui revient sur les troubles au japon entre 1952 et 1960, le film ayant été au centre d’une polémique lors de sa sortie.

Trois de ses bandes annonces sont disponibles sur le site de metro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X