The Blade, échec commercial sorti en 1995, fait de l’Acier, la première des Vérités. Chiu Man Cheuk interprète On, dans la réalité et dans le songe d’une jeune fille caressant les rayons du soleil.

Critique : The Blade de Tsui Harkvlcsnap 2011 02 10 22h19m55s205 Critique : The Blade de Tsui Hark

Un sang impur vient tout souiller. Tsui Hark va au plus loin dans l’abjection. Il met en parallèle le choc des marteaux et le battement des cœurs qui n’auront de cesse de s’emballer. Dans un hurlement ponctuant l’agonie, Tsui Hark filme la matière, passe du corps à l’inorganique, s’aligne sans le vouloir sur des préoccupations à la David Cronenberg.

Critique : The Blade de Tsui Harkvlcsnap 2011 02 10 22h19m35s11 Critique : The Blade de Tsui Hark

Une jouvencelle vient s’introduire dans un monde de mâles. L’Asie dépeinte est bestiale et sublime, les couleurs d’une mythologie submergent le cadre de Hark le vietnamien. On pense à la rugosité de La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese, agissant comme une influence assumée.

Critique : The Blade de Tsui Harkvlcsnap 2011 02 10 22h17m01s10 Critique : The Blade de Tsui Hark

Un premier assaut est transcendé par la photographie de Kwok-Man Keung. La caméra se doit d’être partout, au plus près du spectacle de la rue, dans l’épaisseur des corps qui s’affrontent et qui s’étreignent. The Blade a pour décor un apocalypse moyenâgeux, où des putes évanescentes viennent offrir un peu d’oubli à des combattants épuisés. La lutte est pour demain, on cherche à se venger.

Critique : The Blade de Tsui Harkvlcsnap 2011 02 10 22h19m47s132 Critique : The Blade de Tsui Hark

Lors d’une punition collective, Tsui Hark crée de l’ambiguïté, à la manière du maître Chang Cheh, autre adepte d’authentique virilité chevaleresque. Des tambours résonnent au loin, la discipline crée de la sagesse, mais n’accorde aucune place pour l’amour. Une mutilation décuple les ressources martiales de On le colérique, puisant tout son savoir dans un manuel boueux retrouvé après les assauts. Les combats sont spectaculaires et éclairées par les flammes de l’Enfer. Elles seules permettent de distinguer les corps meurtris.

Critique : The Blade de Tsui Harkvlcsnap 2011 02 10 22h23m34s92 Critique : The Blade de Tsui Hark

Le Conan de John Milius n’est pas loin, même si les synthés de Raymond Wong n’égalent pas la poésie du regretté Basil Poledouris, le barbarisme reste crédible. Toutes les intentions de Tsui Hark sont pures car la violence appelle le chaos. Ding On est un exclus, la colère va le pousser à errer et à se retrouver. En apothéose, face à Fei Lung l’assassin de son père, interprété par Xin Xin Xiong, la Lame devient sa Vérité. Le Temps est prêt à tout effacer. Les hommes sont pris dans des pièges à loup.

2 Réponses

  1. Anonyme

    J’ai des doutes.
    The Blade est effectivement un film magnifique, mais je l’ai surtout vécu comme un film inachevé. C’est une histoire de chute et de renaissance, qui parle de fraternité, d’amour, de rédemption. Il comporte un grand itinéraire physique et psychologique, repose sur des thématiques graves et fortes, et sous la caméra virtuose de Tsui Hark l’histoire du sabreur manchot révèle enfin une partie de son potentiel tragique, débarrassé du kitch cheap involontaire et vieillot d’Un seul bras les tua tous, mais il a une faille qui lui est fatale : il est trop court.
    Le film est trop dense pour son propre bien, toutes les scènes d’action s’enchaînent trop vite, les personnages bougent, changent et évoluent sans qu’on ait le temps de constater nous-même ce qui se passe.
    The Blade fait 1h40, et on s’en souvient comme d’un film visuellement magnifique mais qui nous laisse sur notre faim. Il ferait 2h30 ou même, soyons dingue, 3h00, il serait un chef d’oeuvre absolu du cinéma, et pas seulement du cinéma asiatique.
    Je serais curieux de savoir si Tsui Hark lui-même l’avait imaginé plus long et qu’il a du le couper à cause de contraintes budgétaires ou de production, ou si le film tel qu’on le connaît est 100% conforme à sa volonté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X