Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot
3.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Que ressentent les enfants lors de la séparation de leurs parents? C’est sur cette question que le film franco-japonais Yuki & Nina repose. Yuki, 9 ans, apprend que ses parents se séparent. Le père de Yuki est français, sa mère japonaise. Elle devra suivre sa mère au Japon et tout laisser à Paris, à commencer par sa meilleure amie, Nina. Ensemble, elles inventent des stratagèmes destinés à provoquer la réconciliation des parents. Finalement, la fugue leur semble être la seule issue, et la forêt leur nouvelle destination.

Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki nina2 Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki dvd Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki and nina Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot

Sans y répondre vraiment, on se retrouve à hauteur d’enfant pour toute la durée du film afin de comprendre et surtout voir comment les enfants peuvent ressentir les choses à cet âge là…c’est sans doute le principal argument du film et certaines scènes sont vraiment touchante. On a parfois l’impression que le divorce des parents n’est qu’au second plan pour laisser place uniquement aux conséquences qui en découlent, ne plus être avec sa meilleure amie, déménager…

Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki nina 238 Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki and nina still07 Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki and nina still08 Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardotyuki and nina still071 Critique: Yuki & Nina de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot

Ceci étant le film est parfois très poétique et même si le jeu des deux héroïnes n’est pas toujours très juste et tiens parfois de la récitation on se laisse facilement embarqué dans l’univers du film surtout lors de l’incursion spatio-temporelle de la forêt française vers le  Japon et son introduction, comme un rêve, sans doute le passage le plus réussi du film. La co-réalisation  de Nobuhiro Suwa et Hippolyte Girardot est malheureusement trop transparente et si ça n’était pas précisé dans l’introduction…impossible de le savoir.

Crédit photo: aureliehuet.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X